Thomas Morisson, qui, le 16 janvier 2016, s’est donné la mort. A 25 ans à peine ou tout juste. Un jeune homme qui avait choisi la voie radicale de l’art pour la vie. Une personnalité tourmentée, certes, mais ce n’est pas ainsi qu’on explique cela. Je le revois encore, par une après-midi de février 2011, franchissant la porte de ma galerie. Avec son « oeuvre » sous le bras. Tignasse ébouriffée, mal vêtu, l’air de sortir de nulle part. Bourru avec cela. Son oeuvre, sa « toile », qu’il appelait une toile martyr, car il lui avait fait subir mille outrages, à cette toile, plutôt artefact, qui comportait un appareillage compliqué de tores, de pièces d’ordinateur, le tout peint et repeint aux couleurs vives. Et me demandant de l’exposer. Exposer quoi? Reparti aussi vite qu’il était entré. Mais, tel un chien fidèle, revenant régulièrement pour exposer par bribes monosyllabiques sa vie (plutôt errante à l’époque), ses projets, son désir d’avancer dans la voie artistique. Mais sans concessions! Peu à peu une sorte d’amitié était née ainsi entre nous. Au fil des mois, je l’ai vu s’affiner, se stabiliser aussi dans son expression artistique. Puis un jour est venu le moment où, face à ce qu’il me montrait, j’ai pu lui proposer d’exposer son travail. Un travail encore bien balbutiant quant aux moyens d’expression, mais déjà porteur d’énergie, avec des thématiques relativement précises. Et un engagement total : plusieurs de ses tableaux étaient de véritables cris, derrière le choix de figures imposées, à l’allure et à la fonction totémiques. Ce fut un belle expo…Trop peu longtemps montrée, et rétrospectivement, bien sûr, je m’en mord les doigts. De même que de ne pas l’avoir davantage suivi, conforté dans les mois qui ont suivi. En fait, j’avais plus ou moins perdu sa trace. Jusqu’à ce jour où…

Thomas, tu nous manques, à tous ceux qui t’ont connu. Quelle tristesse, mais aussi quel gâchis. Tu aurais, j’en suis sûr, trouvé ta voie. Tu voulais tout, tout de suite, ou au moins être reconnu. Triste monde que celui qui laisse mourir ses artistes…

2012-06-07 19.13.58

Notre monde – acrylique – 80 x 80 cm 

2012-06-07 19.15.54

Le Fort Saint Jean-acrylique sur toile-00 x 100 cm

dsc_0964

La carte cachée – acrylique sur toile – 76 x 54 cm

gaviant lame

Le gaviant marseillais – acrylique sur toile – 76 x54 cm